Kenis-Dupan s'impose après un fantastique sprint final

La tradition a été respectée ! La 3eédition du Ypres Historic Regularity est restée extrêmement indécise jusqu'au dernier RT (Etape de Régularité). Après que tous les principaux favoris aient connu des fortunes diverses, la bagarre pour la victoire s'est circonscrite en un duel passionnant opposant Piraux-Monard (Renault 11 Turbo) et Kenis-Dupan (BMW 3.25i). Durant l'ultime étape, le concessionnaire BMW a poursuivi l'estocade jusqu'à s'imposer avec une courte avance de 16" secondes.

Au terme de la 1ère soirée, marquée par de fortes pluies, Kenis-Dupan occupait la 8e place du classement général. Samedi après-midi, ils étaient déjà remontés en 2e position, à 10"3 du duo Piraux-Monard alors leader. Tandis que l'équipage Renault perdait 9"3 dans l'ES 23, Kenis-Dupan remportait les deux derniers RT, ce qui lui offrait une première victoire à Ypres. "Hier, nous nous sommes laissés piéger par une astuce prévue par le traceur du parcours, Bjorn, qui est habituellement mon équipier. Ça l'a bien fait rire...", déclarait Guino, qui ne s'est plus fait surprendre par la suite. Sur des routes humides et boueuses, il a parfaitement mis son expérience du rallye à profit. C'est aussi la première victoire à Ypres pour Anton Dupan. "C'est incroyable. Aujourd'hui, nous avons encore failli nous faire surprendre, mais heureusement je connais les trucs de Bjorn et j'ai décelé le piège juste à temps. C'était ma deuxième course avec Guino, après notre participation au Neige et Glace en 2020. Au début, j'ai dû trouver le rythme mais aujourd'hui ça s'est bien passé !"

Eric Piraux et Cathérine Monard, vainqueurs en Classe 2, terminent deuxièmes sur leur Renault 11 Turbo."Nous avons roulé toute la journée sans trop prêter attention au classement, pour mieux se concentrer sur les conditions, déjà suffisamment délicates. Du coup, nous avons peut-être manqué de précision mais nous sommes très satisfaits de notre podium."

Avec son équipier Pierre Colliard, Christophe Baillet clôture sa première participation à Ypres sur la troisième marche du podium. Moins bien qu'espéré pour le sextuple vainqueur du Tour de Corse Historique VHRS :"Nous nous sommes fait prendre à deux reprises par des pièges prévus par l'organisation. C'est le jeu. On avait la vitesse et j'ai apprécié les conditions météo difficiles. Et, à Ypres, j'ai découvert une belle ville historique."

Alors que depuis un bon moment le podium semblait lui être dévolu, Dominique Holvoet a dû laisser passer Baillet en toute fin de parcours, après avoir perdu du temps sur le RT 23, ainsi que sur l'avant-dernière exercice."C'était une édition vraiment difficile. Samedi matin, il y avait de très grosses flaques d'eau et vous n'étiez qu'un passager dans la voiture, qui ne pouvait que subir et... flotter. Vendredi soir, nous étions encore 2emais nous n'avons pas pu maintenir cette position en raison de trafic. Malheureusement, vous ne pouvez rien contre cela, même si vous vous battez pour chaque seconde. Nous avons passé un bon moment et notre Toyota MR2 a bien fonctionné."

La cinquième place est finalement revenue à Patrick Van Remoortel avec son unique Apal Coupé. Une grande performance, avec son jeune navigateur Olivier Dupont. Van Remoortel a mené une course particulièrement régulière, même s'il a eu un bref moment d'angoisse lorsqu'il a heurté la Porsche 914/6 de Kurt Deklerck en essayant de le dépasser dans la boue.

Kurt Vanderspinnen et Renaud Herman ont terminé à une belle 6ème place avec leur Ford Cortina Lotus : "Quelles conditions météorologiques. Nous avons tout eu, de la neige au brouillard en passant par le soleil. C'était une course vraiment difficile en raison de la quantité de boue sur la piste, mais nous aimons un bon défi sportif."

Mario Varrewaere a conduit sa Porsche à une 7ème place inattendue, devant José Lareppe et Jennifer Hugo dans leur célèbre Opel Kadett. Le Top 10 est complété par Geert et Cédric De Jaeger sur leur Porsche et Eddy Snaet et Filip Deplancke, qui ont commencé la dernière journée en tant que leaders. "Le Top 10 était notre objectif. Nous avons réussi", a déclaré Eddy Snaet, qui a plusieurs participations au Rallye d'Ypres moderne à son actif avec Filip Depancke. "Bien sûr, on est un peu déçu quand on commence la deuxième étape en tant que leader et qu'on retombe, mais dans ce domaine, une 10e place est très bien. Il était difficile de garder le rythme à cause des énormes flaques d'eau et de la boue sur la piste."

Le fait qu'il s'agissait d'un défi sérieux d'un point de vue sportif était évident au vu du classement d'un certain nombre de ténors. Il suffit de penser à Yves Deflandre, vainqueur de la première édition, qui a manqué un contrôle le vendredi soir. Johnny Delhez, lauréat du prix du public pour le spectacle livré sur le site de Lavano, a également connu une course très malheureuse. Il a conduit presque toute la dernière journée avec des essuie-glaces défectueux. Kurt Deklerck et Aswin Pyck ont perdu leur top 5 du vendredi soir en glissant dans la boue avec leur Porsche 914/6.

Neige, pluie presque continue, eau déferlent et des tonnes de boue qui recouvraient les routes, la 3e édition du Ypres Historic Regularity s'est avérée particulièrement difficile. Le fait qu'elle ait dû être légèrement raccourcie n'a eu sportivement aucune incidence ; ce fut un réel défi tant pour les hommes que les machines.

Snaet-Deplancke surprenant leader après la première étape

La soirée d'ouverture de la 3e édition du Ypres Historic Regularity s'est déroulée dans des conditions humides. La combinaison d'une nuit noire et d'un rythme très élevé, avec une étape sur route fermée à Boezinge et 8 étapes de régularité dans la région Côte-Diksmuide, a rendu cette première étape traîtresse. Quelques ténors se sont laissés surprendre, ce qui a permis à Eddy Snaet et Filip Deplancke (Porsche 911) de se conforter une avance inattendue.

Yves Deflandre rate un contrôle

Yves Deflandre, vainqueur de la première édition du Ypres Historic Regularity, n'y signera pas une seconde victoire ; il s'est fait surprendre à une intersection sous la pluie battante sur le RT de Slijpe : "Il pleuvait à torrents. Je devais prendre une rue à droite mais la route principale tournait également à droite, si bien que je suis resté sur celle-ci sans jamais voir la route secondaire. Nous sommes revenus sur le tracé, mais avec une pénalité de 10 minutes, notre course est terminée..."

Michel Decremer surpris

Michel Decremer, vainqueur l'an dernier, a également été surpris par une impasse à Gistel (RT 5). "Un piège de l'organisation dans laquelle nous sommes tombés. Nous avons réalisé que nous aurions dû prendre la rue latérale. Nos poursuivants nous ont vus arriver dans la direction opposée, ils ont donc réalisé qu'il y avait un piège. Dommage qu'il y ait eu des contrôles horaires sur le kilomètre suivant". Decremer devra désormais remonter de la 25e place.

Geert et Cédric De Jaeger ont également perdu beaucoup de temps, mais principalement à cause de capteurs défectueux, tandis que Guino Kenis et Anton Dupan ont également été surpris par un piège sur le RT3 (Eggewaertskapelle), tout en limitant toutefois les dégâts ; ils pointent en 8eposition.

Le leader à l'issue de la journée d'ouverture est donc Eddy Snaet, secondé par Filip Deplancke, un duo qui ne s'est pas laissé surprendre. Le groupe de tête est très serré puisque Dominique Holvoet et Yannick Albert suivent à 1"5 : "Nous avons réalisé une belle étape. C'était mouillé, mais avec son moteur central notre Toyota MR2 a beaucoup de motricité. Et je connais bien la région de Dixmude, par les rallyes VAS auxquels nous avions l'habitude de participer, même si je n'en garde pas le meilleur souvenir. Une fois, j'ai durement quitté la place..."

La troisième place revient à Eric Piraux / Cathérine Monard et leur fameuse Renault 11 Turbo, qui ont perdu du temps à cause d'un moins bon calibrage du Tripmaster. Patrick Van Remoortel et Olivier Dupont suivent à une belle et inattendue 4e position avec leur Apal Coupé : "C'est assurément inattendu, car j'ai un problème d'acuité visuelle dans le noir. Heureusement, Olivier a de bons yeux et nous avons pu éviter les pièges mais le rythme pourrait être meilleur. Je me sens plus à l'aise de jour, donc demain nous essaierons de tenir le coup."

Après une belle soirée d'ouverture, Kurt Deklerck et Aswin Pyck amènent leur Porsche 914/6 en 5e place : "Nous n'avons pas connu de surprise particulière. Aswin connaît bien la région et cela nous a bien mis en confiance !"

Baillet combatif

Christophe Baillet et Christophe Colliard partaient favoris, mais le sextuple vainqueur du Tour de Corse Historique VHRS a également été surpris par... l'impasse de Gistel. "Je ne suis jamais venu à Ypres auparavant et la magnifique Grand-Place historique est fantastique comme toile de fond pour un parc fermé", déclarait le Nancéien. "La pluie a rendu le parcours encore plus difficile. Nous avons bien commencé, mais cette erreur nous a coûté beaucoup de temps. Mais si nous utilisons trois jokers, nous devrions rattraper environ une demi-minute. Tout reste possible..."

Anecdotes sympa

Soit dit en passant, les anecdotes ne manquent pas sur ce rallye. Par exemple, avec les Irlandais James O'Mahony et Frank Hussey, qui ont plongé leur Volvo dans un profond fossé rempli d'eau. L'équipage n'a pas été blessé et la voiture suédoise en a été extraite, mais un redémarrage n'est pas possible. Mirko Savic a assuré le spectacle sur les pavés glissants de la Grand-Place d'Ypres, comme le faisaient les pilotes de rallye. "Je n'ai pas pu résister. Combien de fois êtes-vous avec votre Porsche dans un parc fermé aussi historique", déclarait Mirko hilare.

Certaines mines étaient moins réjouies, comme pour Jean-Christophe Henderickx et Isabelle Goeminne, qui ont connu des soucis toute la soirée avec leur Alfa Romeo GT1300 Junior : "Nous sommes tombés en panne d'électricité après 3 RT et nous avons dû choisir entre les essuie-glaces ou les phares. Nous ne pouvions tout simplement pas utiliser les projecteurs. Parfois je laissais passer un autre participant pour imprimer son sillage, car je ne voyais rien d'autre. Isabelle a même voulu arrêter ! Mais nous sommes arrivés à la fin de l'étape. J'espère que nous trouverons une solution pour pouvoir nous amuser demain..."


Une troisième édition plus que prometteuse

Après deux éditions de l'Ypres Historic Regularity couronnées de succès et respectivement remportées par Yves Deflandre/Yves Noelanders et Ruben Maes/Michel Périn, le Club Superstage prépare sa troisième édition, qui se tiendra du 26 au 28 novembre 2021 après une interruption forcée d'un an. Une édition que l'organisation a tout fait pour rendre encore plus belle, encore plus authentique et encore plus sportive.

La bonne nouvelle, c'est que les participants à l'Ypres Historic Regularity cette saison pourront profiter du somptueux décor de la Grote Markt d'Ypres (Grand-Place), où les équipes d'usine du Championnat du Monde des Rallyes étaient conviées voici quelques mois. Pour la première fois, le podium de l'Ypres Historic Regularity sera installé là, où se trouvera également le parc fermé. Avec toutes les Oldtimers joliment conjuguées aux façades historiques et la Halle aux Draps en toile de fond, un parfum de nostalgie soufflera sur la Cité des Chats, en rappelant les premières années du Rallye d'Ypres.

Longue d'environ 800 kilomètres, entrecoupés de sections de régularité, de quelques étapes sur routes fermées et de liaisons, la course débutera le vendredi 26 novembre à 18h00 et la première étape se terminera à 23h00. Samedi dès 08h30, on enchaînera avec la deuxième journée ; l'arrivée est prévue vers 18h30, afin que tous les participants puissent encore profiter d'un bon repas à Ypres. Dimanche 28 novembre, la section finale débutera à 7h00. La course se terminera à 13h00 et sera suivie d'une soirée de clôture conviviale dans le cadre historique unique du Café du Musée de la Halle aux Draps, où se déroulera également la remise des prix.

Dimanche, un nouveau défi attend les participants : une nouvelle étape de régularité, fermée et d'un peu moins de 3 kilomètres. Un tronçon qui emprunte une grande partie de l'ancienne spéciale "Sint-Mariastraat" du Rally van Ploegsteert, course qui a connu une renommée internationale à la fin des années '70. Un tracé sur une route lisse et étroite, bordée de profonds wateringues. Le défi consistera pour les participants à maintenir le rythme de bout en bout sur cette étape de régularité technique.

Du côté des participants, les ténors belges de la spécialité auront l'occasion de se frotter au gratin international. Le Français Christophe Baillet, 6 fois vainqueur du Tour de Corse Historique VHRS et récent vainqueur du Portugal Historico 2021, sera pour la première fois au départ de l'Ypres Historic Regularity.

Assurément une nouvelle édition-phare à vivre du 26 au 28 novembre 2021.

--- 2021 OFFICIAL PROGRAM ---

Un mélange parfait entre sportivité et détente! 

Pour renforcer la référence aux premières éditions du Rallye d'Ypres, nous commencerons la première étape le vendredi 26 novembre à 18h00 et ne l'achèverons que le samedi 27 novembre à... 18h30! Une courte interruption d'environ 6 heures permettra aux équipages de profiter de leur chambre d'hôtel. Après l'arrivée de cette longue étape, nous ferons place à la détente sur l'une des terrasses chauffées d'Ypres, avant de débuter la troisième journée de course, dimanche 28 novembre à partir de 7h00. L'arrivée sur le podium final de la Grote Markt à Ypres est prévue vers 13 heures. Un mélange parfait entre sportivité et détente!

--- 2019 AFTERMOVIE ---

--- 2021 RÈGLEMENT ---

--- NEWSLETTER REGISTRATION ---